Tendance Anthropomorphisme

#TendancesPixelis

Auteur : Olivia Von Breitenstein, International Strategic Planner


Je fais souvent ce rêve étrange et familier d’un objet qui m’aime et me comprend...

Une nouvelle relation avec l’objet
Avec l’arrivée des objets intelligents, auxquels on peut parler et qui nous rendent des services, nous sommes rentrés dans une nouvelle ère relationnelle : l’interaction entre l’humain et l'objet. Pour être plus précis, nous avons dépassé l’interaction, nous avons créé une dimension relationnelle avec ces derniers. Et c’est logique ! Plus un être nous rend service, nous aide, est à notre écoute, plus nous entrons en interaction avec lui. La relation avec ces objets est donc humanisée et investie d’une charge émotionnelle nouvelle. La publicité « French Touch » de Renault incarne cette tendance en révélant une relation quasi amoureuse entre le propriétaire de sa voiture et cette dernière.

Une tendance de fond : l’objet prolongation de l’homme
La définition socio-culturelle ne suffit plus à segmenter la population en adéquation avec ses valeurs, son milieu social,… Aujourd’hui, l’homme se définit davantage à travers son environnement holistique, son entourage. Les objets du quotidien sont devenus des prolongations de son être, de son moi.

 Pour Nicolas Neau, Directeur de Création Pixelis, "l’objet a muté de simple « ustensile » à « partie » intrinsèque de l’individu. Ainsi, les objets sont devenus des marqueurs ADN de l’individu, marqueurs ADN d’une communauté car partie intégrante de ces derniers. Cette quasi greffe de l’objet à l’homme explique naturellement la raison pour laquelle les objets sont investis d’une charge émotionnelle".

La marque Ecosystème illustre ce phénomène avec la malchanceuse propriétaire de « Kiki le grille-pain ». Ensemble, ils vivent une vie tranquille et harmonieuse. Jusqu’au jour où… Kiki meurt, comprendre Kiki se casse. Un monde stable et serein s’est écroulé.


L’objet, un humain comme les autres
On voit apparaître une nouvelle relation entre l’individu et les produits. Autrefois, on bichonnait sa voiture. Aujourd’hui, on lui parle comme David Hasselhoff le faisait avec K2000. Ce n’est plus une fiction, c’est maintenant. On est donc passé de produits ou services de consommation à une communication avec l’objet et par extension une relation. Le film « Her » illustre la relation amoureuse parfaite entre un homme et son smartphone : les bonnes paroles et conseils adaptés au bon moment, avec le ton qui va bien.
"Il n’est donc pas étonnant qu’on soit passé de « l’homme objet » à « l’objet homme », à être égal, chacun choisi ses partenaires de jeux", précise Nicolas Neau.


Une tendance qui inspire les marques.

Nicolas Neau décrypte la mise en scène de cette relation émotionnelle entre l’homme et l'objet.

Temps 1 : L'ELOGE
Le spot commence toujours par une description du produit ou du service par un(e) amoureux/se ou ami(e) transi(e).

Temps 2 : LA SURPRISE
L’amoureux/l’ami transi s’adresse et parle à un objet ; contrebalançant la survente du produit à travers humour et comique de situation.

Temps 3 : LA RELATION
On zoome alors sur la relation, ce qu’elle procure, ce que le produit évoque, à travers cette relation (son, cadrage, lumières) : intimité, confort, tendresse, connivence.

Voir la publicité d'ING Direct.

L’homme a développé une nouvelle relation avec ces objets innovants, intelligents et connectés. Ce lien émotionnel a créé une forte dépendance entre l’homme et l’objet. On le savait déjà « un seul être vous manque et tout est dépeuplé ».


Et si vous n’êtes toujours pas convaincus, regardez la vidéo de l’appareil connecté Amazon Echo. Un véritable assistant pour toute la famille…